Planchers chauffants

Plancher chauffant d'une véranda.

 

Il s’est développé réellement dans les années 1960. À cette époque, les planchers chauffants fonctionnaient comme des radiateurs traditionnels. On chauffait de l’eau qui circulait dans le sol. L’eau cédait sa chaleur au plancher. Ensuite, la masse d’air au contact du sol se réchauffait puis montait jusqu’à ce que la pièce soit entièrement chauffée par convection.

Ce principe a suscité quelques problèmes. L’air chaud montait et restait accumulé au plafond. La température du sol était trop élevée (supérieure à 30 °C) et créait des douleurs dans les jambes. Après quelques années d’utilisation, la technique a été peu à peu abandonnée. Parfois des pertes importantes de calories se faisaient par pont thermique.

Évolutions : De nos jours, le chauffage par le sol est dit à « basse température » (environ 21 °C à 24 °C). La dalle en béton emmagasine et restitue la chaleur par rayonnement. Le plancher ne chauffe que la matière, cela évite de chauffer l’air, ce qui est vite économique dans le cas des grands bâtiments. Donc plus de problème d’accumulation d’air chaud ainsi que de mal de jambes. La température de chauffage du sol ne doit pas dépasser 28 °C, qui est la température théorique de la voûte plantaire (pour éviter les maux de têtes et de jambes).

Le plancher chauffant s’adapte à toutes les formes de production d’énergie : solaire, géothermique, fioul, gaz, électrique, …

Ce mode de diffusion s’adapte particulièrement aux « chauffages écologique » de nouvelle génération comme l’aérothermie.

 

Galerie photos